Les suites bureautiques libres

LibreOffice

Petit rappel de la liste des suites bureautiques libres.

Ces suites ont retenu mon attention, car elles sont construites autour d’un même format de document, OpenDocument (odt pour le texte, ods pour le tableur, odp pour les diaporamas, odg pour les graphismes vectoriels). Les documents sont donc a priori compatibles d’une suite à l’autre, même si un banc test serait le bienvenu.

LibreOffice reste mon préféré en termes de productivité et de stabilité. C’est un de mes logiciels du quotidien que j’utilise dans la version 5 (pas encore considérée comme stable, mais pas de soucis majeur à part un bug occasionnel sur des dégradés. Mais pas ce souci avec la version 4 et sur ma Linux Mint Debian 2, j’ai les deux versions et peut utiliser mes documents indifféremment avec l’une ou l’autre.

Apache OpenOffice un poil plus lent en termes de développement jouit encore d’une notoriété de nom étonnante. Mais Apache semble avoir bien sauvé les meubles et on se rassurera sur la capacité de passer de passer d’une suite à l’autre (l’intérêt du format OpenDocument)

Neoffice, je peux pas dire, je n’utilise pas assez OSX pour savoir, d’autant que généralement sous OSX j’utilise plutôt le LibreOffice installé (oui, je dis des fois du mal d’Apple ou de Windows, mais je les essaye régulièrement … beaucoup plus souvent en tous cas que mes détracteurs qui me considèrent comme un ayatollah du libre et qui n’ont généralement jamais tenté d’utiliser Linux ou pas plus de 2h…). Donc je laisse les utilisateurs de Neoffice commentés pour renforcer la connaissance de l’outil.

Calligra (ex KOffice) : Une suite à suivre et à tester. Pas toujours super au top du format OpenDocument, elle a le mérite d’arriver avec plus d’outils que les autres qui communiquent les uns avec les autres. Notamment Calligra Auteur pour créer des ebook et des epubs, BrainDump a mi-chemin entre un éditeur de cartes heuristiques (mindmap) et un tableau blanc (donc un outil de remue-méninges), Kexi pour les bases de données mais surtout Karbon pour le dessin vectoriel, Krita pour la peinture numérique (à découvrir cette semaine à la MPT) et Calligra Flow pour faire des diagrammes…  Bon Ok, dès que je trouve du temps je vous fais une visite plus en profondeur de ce dernier.

On le voit, tout OS confondu, il y a un peu de choix et cette diversité nourrie la pérennité et l’inventivité des solutions bureautiques libres sans perdre l’essentiel : l’interopérabilité (une question que j’aborderai mercredi soir lors de ma conférence du 16 mars 2016 sur les « Formatages » à l’Université Populaire de Lyon.

 

 

Autres recommandations de lecture:

Flattr this!

Ce contenu a été publié dans Document numérique, Logiciels Libres, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Les suites bureautiques libres

  1. Ping : Les suites bureautiques libres | Vincent Mabill...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *