L’opensource et l’open data, le socle de la documentation de l’avenir (podcast)

OpenSource OpenData, socle de la documentation de l'avenir

OpenSource OpenData, socle de la documentation de l'avenir

Sur le site de l’université Lyon2, vous pouvez désormais retrouver le podcast de la conférence que j’ai osé à l’occasion du symposium koha 2011.
Faudra être courageux, c’est brut de décoffrage, ça dure plus de 70 minutes et ça commence avec des balbutiements techniques… j’adore les podcasts en one shot… (pouvez retrouver mon texte lors de docsoc 2010 sur les podcasts à l’université)

Le thème : montrer pourquoi les évolutions des technologies numériques ne sont pas compatibles avec un modèle économique « classique » sauf à tronquer les règles de base d’une économie libérale, alors qu’en revanche des solutions libres comme koha, semblent bien adaptées aux changements de pratiques de publication, de diffusion et de consultation.

La vidéo est donc consultable sur la page bilan du symposium koha 2011.

Cette version n’est pas terrible et renforce mon scepticisme à l’égard des podcasts… mais il faut peut-être aussi que j’assume que je ne suis pas terrible dans ce genre d’exercice, et j’admirerai sans réserve (avec un peu de suspicion tout de même) celles et ceux qui auront le cran d’aller jusqu’au bout.

Ce soir je ne vous détaillerai pas le contenu de la présentation dans un format lisible pour zapper la version vidéo, mais en résumé voilà ce que j’y raconte:

  1. Le symposium koha est une occasion de faire le point sur la place du libre et de l’open data dans l’univers de la documentation (mais je ne suis pas spécialiste de l’affaire et je vous conseille l’écoute de la conclusion de Fabrice Pirolli sur la première journée du symposium accessible sur la même page).
  2. Les défis : réflexions sur le fait qu’un SIGB (logiciel de gestion de bibliothèque) n’est plus un outil pour améliorer le catalogage et savoir où sont les bouquins empruntés, mais qu’il devient un outil de localisation et valorisation de ressources dans un contexte d’usages qui transcende les murs qui soutiennent les rayons de la bibliothèque.
  3. Les atouts d’un koha: les avantages d’un logiciel libre avec notamment son développement communautaire et son intégration des nouvelles formes de documents, des nouveaux formats et une exploitation croissante des formats ouverts et l’intégration de micro-formats permettant d’intégrer des données ouvertes. (et puis la mode/le démarrage de l’open data en arrière plan)
  4. S’ensuit un laïus sur la diversification de l’offre logiciels libres dans le domaine de la documentation et des envolées lyriques sur les bienfaits du libre (coût, indépendance, adaptabilité, éthique)
  5. Les menaces : exterieurs…. quelques nuages (clouds) qui menacent de faire main basse sur le stockage et la valorisation des données. Internes avec les risques de balkanisation au sein des communautés de développement (koha contre pmb contre eux mêmes et les tentations de forker
  6. retour sur l’Open Data et bref historique (mais on se régalera sur le site d’affordance si on en veut plus)
  7. Et au final dire qu’on a montré que Koha est bien emmanché pour gérer ces défis (ce que je fais volontiers car je le pense et pas pour les macarons servis à la mi-temps… je hais désormais les macarons qui sont de toutes les réceptions et la décoration de base de n’importe quel truc qu’on essaye de vous faire avaler).

Si j’en ai le cran ou si quelqu’un s’amuse à le faire, je pense que cette vidéo mériterait d’être remontée, voire synthétisée. Elle est en cc-by-sa donc la porte est ouverte à une version dérivée.

Vous pourrez aussi consulter le diaporama d’origine en format odp sur mon espace slideshare

Autres recommandations de lecture:

Flattr this!

Ce contenu a été publié dans Document numérique, Logiciels Libres, Médiologie (Sciences de l'information et de la communication), Recherche, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *