Vapotages : Cigarette électronique mode d’emploi

debat-decrocher-tabacMon intervention dans le débat « demain je décroche? » qui a eu lieu le
17 avril à 12h15  à l’université Lyon1 Campus de Grange Blanche

Il existe de nombreux très bons mode d’emploi pour vapoter et en particulier celui-ci : mode d’emploi pour une e-cigarette EGO (510) (le forum est d’ailleurs excellent dans son ensemble).

Maintenant comme on me pose la question de temps en temps, voici mes recommandations de base qui sont basées sur mon expérience, mes goûts et mes couleurs. Cette page est susceptible d’être actualisée si je crois avoir quelques bons conseils supplémentaires.

Avertissement

Le vapotage n’est pas un art de vivre, c’est une manie. Pas pire que de laver sa voiture deux fois par semaine, jouer au loto tous les mercredis, regarder des films pornos sur internet, collectionner des timbres, manger des crocos en gélatine, lire des romans à l’eau de rose, faire de la muscu, ramener du travail à la maison, dire du mal de son voisin, machouiller un bâton de réglisse ou une touillette à café en plastique… La vapotage est une de ces manies que j’ai adopté et qui m’a permis de décrocher de la cigarette depuis plusieurs années.  C‘est un substitut qui me donne du plaisir, et je n’ai pas l’intention de m’arrêter jusqu’à preuve que je me démolisse à nouveau ma santé ou celle de mon entourage. Peut-être qu’en restant un peu plus chez un psy, je pourrais m’en passer, mais les deux ou trois séances me coûteraient environ un an de vapotage. Et c’est désormais pour moi un plaisir de bouche comme ceux qu’offrent les bons plats et les boissons délicieuses (et parfois enivrantes). Voilà c’est dit.

Choix du modèle : Set EGO-XL-USB

Après avoir lu, relu différents forums, j’ai opté pour un modèle qui porte le nom d’EGO, je ne vais pas faire la pub du site où je l’achète en mettant son nom. Mais c’est un site bien, avec un respect des délais de livraison, des prix raisonnables (et des belles promos), le choix des modèles, des accessoires et des consommables. SAV réactif, basé en France.

Kit ego USB XL (attention, sans prise murale)

Actuellement je recommande le set (coffret) ego-xl usb (de la couleur que tu veux : noir ou stainless). Environ 60 euros souvent moins si en promo. Donc l’investissement de départ sera équivalent à une cartouche de clopes et fera environ une semaine à quinze jours pour le fumeur de paquet quotidien. Donc un test à peu de risque financier si on y réfléchit un petit peu.

Le coffret comprends ce qu’il faut pour bien débuter (seul ou à deux, car hormis le cone carénage qui est essentiellement décoratif, il y a de quoi monter deux vapoteuses en un kit)

Les batteries

  • Batterie USB : on branche directement sur la source pour vaper non-stop

    Une batterie « usb » (ou passtrough) qui se raccorde directement sur n’importe quel source usb (ordi, prise…). La vapette peut être utilisée pendant la charge. Branchée sur un ordi ou une prise d’alimentation USB permet ainsi de tenir les longues soirées de bavardage ou les réunions marathon en étant en symbiose avec son ordi. Trop geek chébran.

  • Une batterie XL qu’on utilise en autonomie (la batterie usb peut aussi, mais elle est plus efficace branchée). Cette batterie me dure environ 1/2 journée à un jour (l’équivalent fumeur de 1 paquet de clopes). La batterie longue se charge avec un raccord qui est dans le kit, mais je conseille de commander la prise murale qui ne nécessite pas d’avoir un appareil ou une source usb, mais une prise de courant classique (et fréquente). La prise est moins chère à la boutique de eclope que celles qu’on trouverait dans le commerce ailleurs (voir dans les accessoires de ego).

    Chargeur à brancher sur source usb

    Prise murale pour brancher les batteries usb ou le chargeur

Durée de vie des batteries

Les batteries (non usb) ont une durée de vie d’environ 6 mois à un an : 300 charges en moyenne (les miennes doivent en être à 8). Je recommande d’en commander une pour faire une rotation pendant que la première se recharge. En autonomie les batterie xl (longue) ont un rendement plus efficace que la batterie usb dont l’avantage est la vape non stop devant l’ordi. La batterie renouvelée coûte entre 15 et 20 euros.

Batteries manuelles ego noire ou métal (stainless)

Je préfère les batteries manuelles : on appuie avec une légère anticipation et ensuite pendant deux à trois secondes au moment de taffer. Il existe des batteries automatiques qui s’enclenche à l’aspiration (pour vaper sans les mains) mais elles sont moins résistantes et on n’a pas la pré-chauffe anticipée que j’indique.

Dans une boutique lyonnaise que je recommande en fin d’article, j’ai trouvé une batterie « passtrough » avec variateur de tension (ce qui permet de doser l’effet vapeur) de 1100 mAh (en gros les 600mHa classique ont une autonomie d’1/2 journée pour un gros vapoteurs et les 1100 durent quasiement la journée avec une tension et donc une vapeur plus stable et régulière, en contre partie elles sont plus longues). La fonction passtrough permet de connecter l’e-clope au « cul » directement sur un port USB, ce qui permet de continuer à vapoter pendant la charge… d’être sous perf…:).  C’est une vraie batterie de geek.

Les atomiseurs

Dans le kit il y aussi deux atomiseurs : c’est la pièce qui entre la batterie et le bec transforme le liquide en vapeur. Il se visse sur la batterie. Pour les vapettes eGo, l’atomiseur a un pas de vis « 510 ».

Atomiseurs

Les ato peuvent être de différentes natures, pour les modèles ego, je recommande des atos LR (low resistance). Le plus simple est de commander une boite de 5 en réserve, car c’est la pièce qui rend fou si on en a plus.

Il existe d’autres types d’atomiseurs, j’en parlerai une autre fois. Leur particularité est notamment de s’adapter à des types de « réservoir » particuliers.

Entretien et durée de vie des atos:

La durée de vie est généralement de 1 à 3 mois mais peut aller au-delà si nettoyer de temps en temps (1 fois par semaine un bain dans l’eau bouillante ou une cuve à ultrason) le soir et on sèche au sèche cheveux ou en laissant trainer jusqu’au petit matin sur un essuie tout). Le coût est d’environ 4 euros l’ato par pack de 5.

J’utilise aujourd’hui des atos spécial dry (voir plus loin ce qu’est le dry… vapotage sans réservoir, direct sur l’ato). Ils ont la particularité d’être conçu pour que le liquide arrive directement sur l’atomiseur. J’ai testé avec un grand plaisir ceux de la marque CISCO : ils sont résistants (plusieurs mois, 6 pour le premier testé) avec un goût qui ne s’altère pas du fait d’une tresse (inutile) qui s’encrasserait. On les trouve chez certains revendeurs en ligne et dans une des boutiques lyonnaises que je fréquente depuis que je sais qu’ils en ont.

J’utilise beaucoup plus rarement des atomiseurs avec réservoir (des tanks) car je trouve que le goût est moins franc qu’en dry dip, et le dry dip permet aussi d’entretenir un geste de maniaque : remplir régulièrement et aussi souvent qu’on allume une clope. Donc le flacon s’insère dans la gestuelle du névrotique vapoteur comme le briquet dans celle du clopeur. J’ai un ato avec un petit réservoir qui me sert surtout pour les longs voyages en voiture lorsqu’il n’y a pas assez de feux rouges pour faire du goutte à goutte…

Voilà pour le matos.
Passons au contenu.

Les liquides

Pour vapoter il faut maintenant du liquide à transformer en vapeur. Cinq critères déterminent mes choix.

  • Le container
  • Les arômes
  • Le taux de nicotine
  • La base (PG/VG)
  • La quantité

Vapoter en dry (pas de container… direct sur l’ato)

Il y a le choix entre différents type de contenants… je recommande de « vapoter » en dry, c’est à dire en mettant directement 3 à 5 gouttes de liquide sur l’atomiseur. Il y a bien des cartouches ou différents types de tank qui permettent d’avoir une réserve plus longue durée, mais je trouve que c’est plus agréable de recharger (notamment pour varier les goût et le dosage) et je trouve que les système de tank on parfois un petit arrière goût, mais c’est perso… En dry la durée de vapotage avant de remettre quelques gouttes, correspond grosso modo à une clope. Le flacon de liquide devient donc un peu comme le briquet qu’on triturait dans sa poche :p (zut ça je l’ai déjà écrit quelques paragraphes plus haut… le risque des mises à jour par petits bouts).

Avec le kit, on a des cartouches, ça permet de tester. On ne jette pas les cartouches car on peut les réutiliser en les re-remplissant (c’est simple on trouve plein de tutos sur le net) ou on enlève simplement la « bourre » pour s’en servir comme embout pour vapoter en dry.

Lorsque j’achète, je prends les liquides en flacon avec leur goutte à goutte. Mais désormais au quotidien je fais mes propres mélanges et assemblages. C’est plus économique mais surtout, j’ai le choix des goûts, des dosages et mes mélanges basiques ne m’irritent jamais la gorge, ce qui peut m’arriver avec des produits du commerce lorsque je vapote à donf.

Les arômes

Du coup il faut maintenant choisir les liquides.

Le conseil de base : Ne pas rechercher un goût proche ou soit disant imitant sa clope tabac. C’est un bon moyen pour être décu.
Pour le gout tabac (que je recommande au début pour ceux qui sont fumeurs bien marqués) je conseil de choisir des arômes type RY4 ou RY4X. Succès quasi garanti. Prendre malgré tout quelques autres arômes pour le fun car le plaisir ensuite c’est d’avoir des goûts sympa en bouche (perso je suis très agrume, menthe, thé coupé avec des aromes d’épices. J’aime pas le café… trop prenant ou les trucs trop sucré (infantile) comme fraise, cerise…).

On est typiquement dans les goûts et les couleurs, mais il ne faut pas hésiter à tester de temps en temps (y compris en mélangeant directement par un croisement de gouttes sur l’ato).

Le taux de nicotine

Rappel : La nicotine est un excitant addictif, c’est elle qui rend accro au tabac même si en tant que telle elle n’est pas plus nocive que la caféine. Mais comme la caféine ou la cocaine, il y a un moment où elle peut taquiner le palpitant. Donc si on est pas dépendant, on commence pas, si on l’est et qu’on a des soucis cardiaque, on fait pas le mariole avec les dosages.

En gros:

  • fumeur de normales de 16 à 24mg mais attention à 24, si on butine beaucoup on a le palpitant qui s’emballe (en tout cas moi)
  • fumeur de légère de 10 à 16
  • fumeur d’ultras légères : 6 à 10mg
  • fumeur non nicotiné ou dénicotiné : 0mg.
Certains trouvent que ça jouent sur le « hit », la sensation qui gratouillerait le fond de la gorge… je ne suis pas convaincu. Par contre pour un nicotiné comme je l’étais, un sous dosage ou un sur dosage c’est le stress en mode insidieux qui tape sur le système, rend agressif ou speedé. En revanche on peut diminuer progressivement. J’ai diminué mon taux de nicotinisation par 2 en moins de 18 mois, et je continue à baisser. Aujourd’hui je suis à moins 5 mg (au bout de 30 mois) objectif prochain : O mg ce qui fera une belle économie supplémentaire en plus de virer un excitant addictif.

La base : PG ou VG ?

Les deux mon général
Mais on ne va pas s’en tirer comme ça, il faut faire le choix sur trois autres critères : La base (PG, VG, PG/VG)?

PG= propylène Glycol C’est la base qui se transforme en vapeur, c’est un produit utilisé notamment pour épaissir les sauces alimentaires.
VG= Glycol végétal, a priori plus naturel, mais surtout fait plus de vapeur, inconvénient… un petit arrière goût de végétaline quand ça chauffe trop. Donc l’idéal un mélange PG/VG avec en proportion 70/30
Mais ce ne sont que des conseils indicatifs surtout si on fait ses assemblages soit-même. Dans la pratique les liquides sont vendus aromatisés en flacons avec un dosage variable entre pg et vg selon les assembleurs.
Ma recommandation est d’avoir, s’il n’y pas de dosage mixte, un flacon aromatisé  dans les deux bases et on mélange les flacons pour avoir un mélange des deux bases… Je vous laisse jouer avec les proportions :p. Au passage il y aussi des flacons « flavourless » c’est à dire non aromatisé.
On verra une autre fois pour le DIY (do it yourself – fais le toi-même).

La quantité :

repère de clopeurs : 15 ml représente environ une cartouche de clopes… mais comme on peut vaper sans compter celui qui fumait excessivement consommera entre 15 et 30 ml par semaine.

Tarif: environ 10 euros les 20 ml en mode tout prêt 2 à 3 euros en mode « fait à la maison ».

Pour finir et aller plus loin

Je pense que j’ai pas mal fait le tour de la question. J’essaye de répondre aux questions propre à cette expérience perso. Pour les autres conseils et retour d’expérience je recommande chaudement le forum http://www.forum-ecigarette.com

Le site de référence pour mes achats est http://eu.jantyworld.com. Janty a une base française, la livraison est généralement rapide (délais affichés respectés) et le SAV disponible, réactif et honnête).

J’ai aussi été chez la vapote 27 (boutique en ligne et en vrai à Evreux) et c’est bien aussi. Je n’ai là aussi que du positif.

Pour l’un comme l’autre, ce ne sont pas les tarifs les moins chers (sauf belles promos), mais il n’y a pas d’excès et la qualité est au rendez-vous. Important pour éviter les déceptions qui seraient dûes à du matos de qualité médiocre.

Pour les Lyonnais, je recommande actuellement d’aller faire un saut chez Cigaverte (cours Lafayette). Ils sont compétents, accueillants et ont du matos de très bonne qualité (atos comme batteries). Ils sont plus chers que les boutiques en ligne pré-cités mais en proximité, ils sont très bien et ont des produits qui ne se trouvent pas chez les deux autres (genre les atos cisco). Il y a aussi une boutique en ligne et d’autres boutiques Cigaverte en région Rhône-Alpes, mais je ne les ai pas testé.

Janty est créateur de matos, donc celui ou celle qui voudra expérimenter, trouvera peut-être plus d’innovations chez eux.

La Cigaverte propose des modèles d’e-clope de compét qui se la pêtent grave. Y a du beau et du costaud (mais parfois on se dit qu’il faut pas les ranger dans le même tiroir que les sextoys car en cas d’inattention on est pas exempt de surprise (je vous laisse le choix de la confusion…)

Ils ne sont pas les seuls. Je n’ai pas d’actions ni chez les uns ni chez les autres et mon expérience est limitée.

Sur le forum il y a des retours de vrais utilisateurs sur les différents modèles, marques et boutiques. Donc voir ce qu’en pense les autres serait une bonne idée.

Attention : je ne validerai pas les commentaires promotionnels

Mes autres articles sur le sujet :

Flattr this!

21 réponses à Vapotages : Cigarette électronique mode d’emploi

  1. Kass dit :

    j’ai débuté l’arrêt de la tueuse en mars 2012 , et si au départ ça a fonctionné depuis plusieurs mois mes batteries 1000ah me lâchent très rapidement un jour une semaine et oups ça quand c’est chargé à donf brutalement dans l’heure qui suit ça clignote fébrilement et pan plus rien ! je crois bien que j’en suis à la 4 ou 5 batteries Ego et toujours le même problème ,que faire, pourquoi moi ,etc..?!!
    autre question j’ai un chargeur usb mais comment vapoter pendant que ça se recharge j’suis peut-être bête mais je pige pas ..
    I NEED HELP!!

    • Une des solutions repose sur la qualité des batteries et la confiance dans le fabricant.
      Pour vapoter pendant la recharge : deux solutions de base
      – Avoir une batterie de rechange
      – Utilise une balise « passtrough » comme indiqué dans l’article. Au « cul » de la batterie il y a une mini-prise usb qui permet de bancher la batterie sur n’importe quelle source usb classique (un ordinateur, une prise de chargeur…) et du coup comme la charge se fait en opposition à l’atomiseur on peut continuer à vapoter en mode « narguilé du geek » (un peu comme dans Alala la chenille bleue dans Alice au Pays des Merveilles)

  2. Nataf dit :

    moi j’ai commander mes premier cigarette sur xxxxxxx.xxx honnêtement pas dessus j’ai reçu ma cigarette en moin de 2 jour je suis finalement opter pour un box de 12 unité jetable gout pomme et chocolat

    • J’avais prévenu que pour les messages promotionnels ça passerait pas tout seul… donc adieu les références à ton site mon gars.
      En revanche évite de traîner sur les forums que je fréquente car je te ferai de la pub…

  3. Ping : e-cigarette : comment invente-t-on un produit pour adulte pour mieux le taxer | Vincent Mabillot, expressions libres

  4. Emma SIMON dit :

    Bonjour,
    Je me suis permise de partager vos articles sur mon groupe facebook « Santé Respiratoire »… Si vous souhaitez suivre les commentaires … Bienvenue à vous et merci pour vos articles! 🙂

    • … facebook est au cerveau ce que la nicotine est aux poumons, une addiction pour nous gaver du superflu et nous débarrasser de l’essentiel 🙂
      Mais si votre lien permet à quelques unes et quelques uns de s’émanciper de ces univers suspects, merci et bien joué 🙂

  5. Pascal SIMON dit :

    Ça vapote ou ça va pote ?…Oui, apparemment l’addiction voir une nouvelle addiction est là, on aurais même le sentiment que cette addiction faussement nouvelle rassure voir déculpabilise. « C’est mieux, je vais mieux »… Quoi qu’il en soit et même sans recul sur cette (fausse) nouveauté commerciale qui perpétue une autre addiction, l’engraissement de certains porte-monnaie, c’est que cela est positif et négatif. Positif, oui, si cela est plus efficace que tous les autres patches et dérivés pour diminuer jusqu’à arrêter de fumer. Négatif, si cela n’est qu’une façade et autre substitut pour continuer un vice ou nuisance apporté au corps et rassure autant les victimes que les fabricants. On parle beaucoup des éventuels méfaits de la vapeur et produits internes à cet objet électronique et qui mine de rien est devenu très vite à la mode. Il n’y à qu’à voir tout les dérivés, contenu et packaging, pour vendre. Je trouve qu’on à omis un autre problème. L’EMBOUT. L’embout que les gens tète à longueur de temps. Cette pratique ne serais t-elle pas néfaste à force ? Et n’apporterais t-elle pas un autre risque ? Celui d’un éventuel cancer ou autre maladie de la bouche, des lèvres ? Du à la succion ? Je pense qu’il serais bon de se pencher un peu là-dessus aussi. Bref, comme tout danger potentiel, tant qu’il n’y à pas hécatombes, vous ne serez que des dommages collatéraux, pas d’bol pour certains…Alors ? « ça vapote » ou « ça va pote » ? Personnellement, j’ai réussi à arrêté du jour au lendemain, un paquet par jour que je fumais. Je n’ai pas de recette miracle, peut-être que se préparer mentalement un peu tout les jours peut y contribué, en tout cas c’est ce que j’ai fais trois ans auparavant et en coupant les cigarettes en deux, ne fumant plus en voiture ni à la maison, nul part en intérieur en tout cas, le tout petit ) petit, et puis un jour, je n’en ai plus repris…Bon courage…Pascal

    • Bien sûr il y a des inconnues (mais l’amour de sa vie est souvent d’abord une inconnue :p).
      Plus particulièrement :
      – Pour l’embout j’utilise un dry dip métal ce qui supprime l’exposition aux comportements suspects du plastique
      – Pour les liquides : je fais mes assemblages comme un grand en utilisant que les produits de base : Les deux glycols qui font la vapeur et un arome alimentaire (fabriqué et vendu par un épicier traiteur oriental du coin). Donc pas d’ajout de trucs genre conservateurs, nicotine (je suis passé progressivement à 0mg de nicotine) pas d’adjuvants ou de trucs sucrés. Le goût au plus proche.
      Donc je limite en choisissant une pratique qui ne laisse pas beaucoup de marge et d’addiction pour les fabricants. Une bonne façon je pense de contourner les « cocktails » qui pourraient servir à aliéner le client.

  6. Pepette dit :

    Moi … J’ai un gros problème … Je fumais env 20 cigarettes par jour depuis 45 ans (j’ai commencé à 11 ans) … ça ne rajeuni pas …. Puis d’un seul coup (du jour au lendemain) je me suis mis à Vapoté uniquement (c’était il y a 14 mois) … passé de 19,8 mg à 0 mg … Mais maintenant comment dois-je faire pour laisser définitivement ma vapoteuse dans le tiroir ? … (je sais … je n’ai qu’à l’ouvrir … (le tiroir bien sur !!!!) … Parce que même si elle est vide je la prends machinalement …..

    Dammed ! … V’l’à que je suis redevenu accros de quelque chose … Dammed !

    • Le passage à 0mg fait que la dépendance à la nicotine s’estompe et donc du coup l’envie irrépressible diminue.
      Donc il ne faut à mon sens pas se stresser de vapoter encore un peu, puis un peu moins, puis un peu de temps.

      En gros pour imager mon propos : C’est pas parce qu’on a arrêté de se saouler au whisky qu’il faut s’interdire une methe à l’eau lorsqu’il fait chaud 🙂

      J’ai diminué progressivement le taux de nicotine de 24mg à 0mg en le baissant 1/4 tous les trois mois environ. Au bout de 30 mois je suis arrivé à zéro. et au bout de 6-8 mois à 0mg, je suis passé l’air de rien de 30ml de vapotage par semaine à 15ml tous les 15-20 jours. Donc baisse conséquente de la consommation. Baisser trop vite le taux de nicotine est un risque similaire à passer d’une cigarette « classique » à une « lite » : on compense la perte de nicotine par une sur-consommation en nombre de « tafs ». Donc il faut baisser timidement pour s’habituer à une sensation moins violente et une perte de besoin en nicotine.

    • CigaretteElec dit :

      C’est un geste qui s’estompera avec temps. C’est d’ailleurs souvent le problème que rencontre les gens quand ils veulent arrêter de fumer la cigarette normale, et c’est pourquoi la e-cigarette est bien. C’est qu’elle te permet de garder ce fameux geste.
      Déjà, c’est pas mal d’avoir arrêter complétement la nicotine, rien que ça c’est un gros plus. Après en ce qui concerne de la prendre machinalement, je pense qu’il va devoir faire un travail sur soi, peut être en se forcant à ne pas la prendre à certains moments, et y aller progressivement. Quoi qu’il en soit, le plus dur a été réalisé ! Bonne chance !

  7. Jean Albert dit :

    Merci d’avoir pris le temps de partager ces infos.
    (Juste une petite coquille à corriger: flavourness. Je suis presque certain qu’il s’agit de « flavourless » qui veut dire « sans saveur »)

  8. Bonjour,
    Nous proposons un article complémentaire sur le fonctionnement de la cigarette électronique, pourquoi la résistance chauffe, pourquoi cela fait de la vapeur…
    A découvrir ici: http://www.iclope.com/actu-cigarette-electronique,comment-fonctionne-une-cigarette-electronique-loi-d-ohm-et-effet-joule,95.html

    Antoine de chez iClope

  9. rogerx dit :

    Bon je passais par là par hazard et j’en profite pour laisser un petit commentaire en espérant être pris en considération. Voila maintenant une bonne quinzaine d’années que je fumais régulièrement, adepte du paquet de 20 j’ai finalement opté pour le tabac à rouler avec filtre avant de finir par décrocher complètement depuis maintenant 4 mois. Je n’ai jamais essayé de vapoter car je suis contre par principe, question de goût mais surtout de façon de pensé vis à vis du marché du tabac, de ses fabriquants; reste que c’est un autre marché, certes mais c’est surtout un moyen de lancé un nouveau produit dans un pays en crise, produit qui d’ailleurs fait l’objet de publicité… je ne m’étendrais pas sur le sujet car je préfère en venir à l’essentiel.
    L’essentiel donc, et la je sais que c’est un peu lourd, mais vrai pourtant … l’essentiel voila vous vous retrouvez avec 5 collègues sur 7 qui vapotent au bureau, vous vous avez justement arrêté et vous devez subir, chouette vive les années 20 (passez moi l’expression). Ce que j’en pense en tant que fumeur averti c’est que ce n’est pas bon pour l’entourage qui inhale les dîtes vapeur, et donc de la nicotine. Et donc ça ne devrait pas être autorisé dans les lieux publics, mais après il faut bien booster un peu les ventes alors un petit compromis avec la santé publique … Vous l’aurez compris je n’apprécie pas ce produit, je n’insiste pas mais vraiment je ne l’aime pas, donc svp, essayez de fumer dehors ou chez vous comme avec une véritable cigarette; partant de là nous serons d’accord.

    • Bonsoir,

      j’entends cet argument, et suis d’accord avec un élément : lutter contre la marchandisation et la publicité qui va avec et qui nuit à la nécessité ou au simple plaisir pour y induire des tentations mercantiles souvent douteuses.
      En ce sens, je milite pour un vapotage le plus « do it yourself » d’autant qu’aujourd’hui on peut aller très loin et simplement dans cette pratique : tous les produits se trouvent au détail dans des circuits « traditionnels » (le pharmacien pour les glycols) et traiteurs (pour les arômes alimentaires). Pour le matos : il y a désormais des « atomiseurs » qui s’assemblent à partir de fil métallique dans des atomiseurs rustiques mais largement durable et à des coûts ridicules. Ayant abandonné les produits nicotinés, j’ai une addiction qui a chuté de 90% et donc aujourd’hui je suis un très mauvais client car mes dépenses mensuelles doivent avoisinées les 3 à 10 euros.
      Ceci veut aussi dire que je suis sorti de l’addiction mais pour celà il m’a fallu du temps, ça a été ma méthode mais la plus efficace sur plusieurs testées en 20 ans. Là depuis 4 ans je n’ai pas touché une seule clope.
      Maintenant je comprends la provocation que subit l’ancien fumeur. Il faut à mon sens faire le tri entre deux types de vapoteurs : ceux qui vapotent avec l’objectif de stopper définitivement le tabac et ceux qui vapotent pour simuler la clope dans les lieux sans tabac. Comment les différencier? A priori un « vrai vapoteur » renoncera à consommer du tabac (et à avoir des arômes tabacs) à la différence du fumeur qui continuera à se ménager ou se trouver des pauses clopes.
      Pourquoi distinguer les deux?
      Parce que le vapoteur est potentiellement dans un parcours de transition qu’il faut encourager ou en tant cas ne pas décourager (comme le fait par exemple ma hiérarchie en faisant passer des règlements demandant aux vapoteurs d’aller consommer avec les clopeurs… un peu comme demander à un ancien alcoolique d’aller boire sa menthe à l’eau au zinc (sous prétexte que dans la menthe à l’eau y a du sucre et que c’est pas bon pour le coeur des rats de laboratoire même si c’est nettement moins toxique).
      Aujourd’hui la traque du vapoteur vise surtout à préparer une taxe de substitution pour compenser les manques à gagner de la baisse de vente de tabac, protéger l’industrie pharmaceutique dont les substituts nicotiniques sont délaissés (car inutiles et dégueux), permettre à certains industriels de se repositionner sur un marché qu’ils ont raté, et pour celà on va règlementer pour contraindre l’achat de produits « homologués » (par les copains) aux dépends d’un artisanat émancipateur.

      Mais revenons à nos « vrais vapoteurs », s’ils le sont, ils seront enclins à comprendre votre situation et à jouer la carte du compromis et du respect. S’ils ne le font pas, ils joueront la carte des cons promis à une réglementation imbécile et scélerate qui augmentera un peu plus la bureaucratisation et la judiciarisation des relations humaines au profit de ceux qui ont du temps à y perdre et du fric à y gagner.

      • vapoteur dit :

        C’est bien le DIY quasi total, mais ca ne s’adresse qu’a très peu de monde au final. Deja que pour bricoler des trucs basiques on voit de moins en moins de monde au fil des générations… alors monter un coil ou préparer son eliquide tout seul comme un grand je pense hélas que ca restera très confidentiel comme activité.

        • J’imagine qu’il y a un peu un conflit d’intérêt lorsqu’on fait ce type de commentaire en ayant une boutique qui vent du matériel prêt à l’emploi.
          Je ne suis pas un bricoleur hors pair mais:
          – montage d’un atomiseur : 1 à 2 minutes coût inférieur à 1 euros
          – assemblage d’un liquide (suffit d’avoir un flacon avec ses repères pour faire les dosages comme on le fait pour les crèpes avec un verre doseur : 1 à 2 minutes (pour un coût inférieur à 1 ou 2 euros)
          Donc entre le temps de rangement et la façon, j’en ai environ pour 5 mn tous les 15 jours.
          Moins long qu’une commande en ligne ou qu’un arrêt chez mon vendeur préféré.
          En plus je sais ce que je mets dans mes flacons…

          C’est beaucoup plus compliqué de changer une ampoule sur une voiture, bien moins technique que faire une sauce ou changer les piles d’un sextoy…

  10. H. Margaux dit :

    Merci pour cet article très complet par rapport à ce que j’ai lu ici :
    http://****
    Ce que vous avez rédiger m’aiderais à choisir ma première cigarette électronique.
    Bien cordialement.

  11. Gg dit :

    Une petite mise à jour sur les nouveaux modèles ???
    Merci

    • En effet il faudrait car mon style de vapotage à évoluer vers une combinaison entre mode bien en main mais pas très « roccosiffredien » sur lequel j’ai un double atomiseur reconstructible que j’utilise toujours en dry dip avec des eliquides de fabrication perso à base de PG et de VG nature aromatisé avec des arômes naturels venant de chez un épicier oriental local ou un magasin d’alimentation bio.

      Donc de la vap’ totale « roots » qui va bien avec une utilisation plus ou moins conséquente en fonction des périodes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *