12 propositions pour une ville numérique écolo-responsable libre

Fruit d’une cogitation sur ce que pourrait être une commune qui est attentive à des choix numériques engagés sur l’accessibilité, la citoyenneté, l’écologie, la neutralité, la souverainté et l’innovation, 12 points d’entrée pour transformer une ville (comme Lyon?)

  1. Rendre le numérique accessible à toutes et tous avec un droit à la déconnexion non discriminant : le droit à la communication numérique publique doit être aujourd’hui un droit à la hauteur de la liberté de circulation ;
  2. Accompagner et assister les pratiques numériques citoyennes notamment par un fort maillage d’espaces publics numériques, des fablabs et d’espace de travail partagé dans les communes et les arrondissements ;
  3. Création de services de ressources numériques communes à destination des associations et médiateurs numériques ;
  4. Privilégier l’utilisation des logiciels libres et encourager la diversité numérique ;
  5. Valoriser et défendre l’accessibilité, la neutralité et l’interopérabilité des technologies utilisées par nos services ;
  6. Soutenir un développement raisonné éthique et responsable du numérique dans le monde scolaire contre une marchandisation de l’éducation au profit des industriels du numérique ;
  7. Favoriser la découverte, l’apprentissage et l’assistance à l’accès et l’utilisation des médias (notamment numérique) par la multiplication des espaces publics numériques et le soutien aux associations numériques d’intérêt citoyen ;
  8. Promouvoir des services numériques et une communication publique respectant le droit à l’information dans le strict respect des données personnelles. Plus d’information privilégiée sur des réseaux sociaux privés sans qu’elle n’ait d’abord été accessible sur des réseaux publics ou administrés par nos collectivités territoriales ;
  9. Limiter la surconsommation numérique, notamment en stoppant le déploiement de la 5G ;
  10. Donner de la visibilité à une politique numérique volontaire et engagée par la valorisation et le soutien d’initiatives concrètes au niveau du territoire ;
  11. Mettre en place des plate-formes citoyenne de services communs pour des secteurs d’économie collaboratives dans le domaine de la commercialisation de produits locaux, des services de livraisons à vélo ou à pied, d’aide à la personne, de location temporaire et occasionnelle de logement, de prêt et d’échange de petits matériels ou de services de proximité occasionnels ;
  12. Renforcer une politique d’ouverture numérique, notamment matière données ouvertes et de code sources ouverts.

Ces douze propositions s’inscrivent dans une approche plus détaillées que vous retrouverez ici : Réussir une ville numériquement responsable, émancipée … libérée

Flattr this!

Ce contenu a été publié dans Contextes, Dadas, Politique, Usages, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *