Education : Ipad vs Transports scolaires, le mauvais choix d’Hollande

Hollande préfère sacrifier la gratuité des transports scolaires contre la distribution d’Ipad aux collègiens… Imaginez un instant comment je peux encaisser une telle annonce? Mal, très mal. En tant que président du Conseil Général de Corrèze, le candidat de la droite ultra modérée (je trolle à peine) a renoncé à la gratuité des transports scolaire mais n’a pas choisit d’économiser les 1,5 millions d’euros pour gadgétiser les classes de sixième (ça mérite d’être redis sous plein de formes).

L'Ipad ça marche, enfin ça fait marcher

Si je marche à 3km/h et que le bus roule à 30 km/h, mon ipad doit me faire gagner combien de temps pour arriver à la maison à la même heure.

  • Une ineptie économique : la machine est odieusement chère, il faut passer par l’apple store (et à la caisse) pour y mettre des contenus « moralement validés ». Le tout avec un système qui joue à cache cache avec l’interopérabilité… une tactique bien connue et maîtriser par le constructeur pour « addicter » ses utilisateurs.
  • Une aberration pédagogique : ça reste un « gadget » anti-émancipation cognitive des compétences psycho motrices : il réduit l’utilisation de la main à deux doigts là où la page et le crayon sollicitaient des préhensions plus complexes. Il réduit la fenêtre sur la carte de géo à la taille d’un petit écran. Le système ne permet pas le multi-tâche efficace, donc si j’écris… je ne consulte pas l’encyclopédie, et réciproquement. Je ne peux pas taper des textes longs… adieu les rédactions de 6 pages au nom de l’inconfort… Mais on pourra jouer à Angry Birds dans le 4×4 de papa quand il pourra venir nous chercher à la sortie.
  • Un risque ergonomique : c’est un appareil de consultation dans son fauteuil, l’utiliser pour saisir des contenus où faire des actions de pointage à la verticale produit des fatigues musculaires diverses et variés.
  • Un support anti-europhile : On privilégie une fois de plus un système mercantile addictif nord américain en ignorant fièrement les constructeurs locaux innovants. Tout comme l’actuel ministre de l’enseignement supérieur, on oublie qu’il y a un constructeur français innovant (Archos) qui fait de la tablette depuis des années…

J’arrête, on va croire que je fixe sur la machine alors que le problème est celui d’un candidat à la présidentielle qui privilégie ainsi une démarche vers un objet de sur-consommation produisant de la distance entre les personnes (on vante que les gamins pourront communiquer tout le temps et à distance) plutôt que la rencontre « en vrai » et l’organisation de temps collectifs.

Il n’y a que peu d’explications pour une telle gabegie : croire naïvement que la démagogie du joujou servira la reconnaissance de l’électeur envers son donateur, avoir un bienfaiteur qui fabrique des ordinateurs avec une pomme dessus, avoir des conseillers nerds qui sont des communicants de magazines people qui ont une érection chaque fois qu’ils voient un i-truc… Je sais pas, j’arrive décidément pas à comprendre ce choix, mais il éclaire mon choix d’électeur.

Quelques liens complémentaires:

Autres recommandations de lecture:

Flattr this!

Ce contenu a été publié dans Contextes, Cultures, Formation, Médias, Politique, Usages. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Education : Ipad vs Transports scolaires, le mauvais choix d’Hollande

  1. Ping : Présidentielles 2012 : il n’en resterait que trois pour les libristes | Vincent Mabillot, expressions libres

  2. Ping : L’iPad à l’école : usages, avantages et défis – Ludovia Magazine (commentaire) | Vincent Mabillot, expressions libres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *